Fiches pratiques

Prothèse sur boutons-pression : la connexion

Cette fiche pratique est un aperçu. Si vous souhaitez voir la totalité de l'article et les autres fiches pratiques, identifiez-vous sur le site en haut à droite. Si vous n'avez pas d'accès, remplissez le formulaire en bas de page ou appelez-nous au 03 88 23 15 15.

Les composants du système de rétention d'une prothèse amovible par boutons-pression correspondant à l'implant Screw-Vent (Société Zimmer) sont en général :

 

. une partie mâle vissée sur l’implant, disponible en différentes hauteurs

 

système BAC (Zimmerdental)

 

. une partie femelle composée d’un boîtier métallique incorporé dans l’intrados de la prothèse et d’un anneau élastique (interchangeable) clippé dans le boîtier

 

 

 

système locator : partie mâle et femelle

 

PRINCIPE de la connexion de la prothèse sur les boutons pression


La prothèse mandibulaire doit répondre aux critères d’une prothèse traditionnelle (courbes de compensation, occlusion balancée, surface d’appui étendue etc...).

 

Si ce n’est pas le cas, une nouvelle prothèse doit être réalisée.  Il ne faut pas penser en effet que l'apport des implants permettra de compenser tous les problèmes générés par une prothèse inadaptée.

 

La pose des implants est effectuée à l’aide d’un guide chirurgical, dupliqué à partir de la prothèse, pour permettre de placer correctement ces implants par rapport au couloir prothétique

 

 

Une phase d’attente de deux à trois mois permet d’obtenir l’ostéo-intégration des implants.

 

La connexion peut alors être effectuée. Cette connexion consiste à solidariser les parties femelles du système d'attache à la prothèse.

 

Un rebasage de la prothèse est souvent nécessaire. En effet, une décharge importante a été ménagée au niveau antérieur et des retouches assez nombreuses ont pu être faites pendant la phase d’attente du fait de douleurs générées par l’instabilité de la prothèse.

 

PROTOCOLES CLINIQUES : connexion en bouche ou au laboratoire

 

La connexion peut s’effectuer :

 

- en bouche (technique directe) ; elle suppose que le rebasage a été fait dans un premier temps

 

- au laboratoire (technique indirecte) ; dans ce cas, le rebasage est effectué en même temps que la connexion.

 

 1/ Méthode directe : connexion en bouche :

Les parties mâles des bouton-pressions sont d’abord recouvertes par une ...


Retour

Pour voir la suite de cette fiche...

Identifiez-vous ou demandez-nous un accès en remplissant ce formulaire, ou appelez-nous au 03 88 23 15 15

Votre nom*
Votre Email*
Message*
This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
Merci de recopier le captcha