Questions-réponses

Question :
Mon prothésiste vient de me livrer un bridge complet transvissé :
 
Comment gères tu les rebords de résine en vestibulaire des piliers coniques ?
 
J’aurais envie de les atténuer voire de les supprimer en distal en tout cas. Ils peuvent compliquer le passage des brossettes.
 
Qu’en penses tu ?
 

Réponse :

 

Tu as tout à fait raison !

 

C'est pour moi une erreur de réalisation prothétique. L'accès au brossage des piliers en bouche doit être possible et toute la résine qui vient en surplomb des pièces implantaires doit être presque complètement supprimée.

C'est une condition indispensable à la pérennité de ce genre de traitement.

 

Un peu à l'image des constructions suivantes où le rebord en résine est très limité et arrondi pour permettre une faible rétention de plaque et un nettoyage efficace.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Question :

Quand tu poses des couronnes sur implants solidarisées et qu'un des piliers semble être en rotation (par exemple tu mets le faux-moignon sur 46 et 46-47 adaptent parfaitement, ensuite tu mets le faux-moignon sur 47 et ça ne va plus. Tu fais l'inverse le faux-moignon juste sur 47 et là tes couronnes 46-47 partent de quelques degrés en vestibulaire ou lingual).

D'où vient l'erreur ? Un problème de positionnement de l'analogue d'implant dans l'empreinte ? Un mauvais vissage du porte-implant lors de l'empreinte ? Le laboratoire ?

Réponse :

Il s'agit effectivement d'un problème de positionnement de l'analogue d'implant dans l'empreinte. Une fois l'empreinte prise, remet personnellement le porte-implant vissé sur son analogue dans l'empreinte (pas l'assistante, ni ton prothésiste) en prenant bien soin de placer le méplat du porte-implant dans la même position (il est facilement visualisable dans l'empreinte), assurant ainsi un repositionnement correct sans erreur de rotation possible.

Le mieux cependant est de passer par une étape d'essayage des faux-moignons avec l'armature afin de detecter ce genre d'erreur en amont et ne pas se retrouver à devoir séparer les couronnes une fois la céramique finie.

Pour revenir à ta question, si ce problème survient au moment de la pose, le plus pragmatique est de séparer les deux couronnes (si l'ancrage de l'implant par rapport aux forces occlusales le permet), et de faire une surempreinte de positionnement des deux couronnes en place afin que le prothésiste refasse la céramique au niveau des points de contact. La couronne désolidarisée sera alors scellée indépendamment des autres.




Question :
J'ai deux cas d'adolescents de 18 ans présentant des agénésies des latérales. A partir de quel âge peut-on envisager un traitement implantaire? Combien d'espace mésio-distal est-il nécessaire au minimum pour la pose d'un implant dans cette zone? (
Y'a-t-il une prise en charge pour ce type de traitement ?
Réponse :
Il faut un espace de 4 à 5 mm au niveau crestal pour gérer efficacement la forme des papilles de gencive et 3 à 4 au niveau apical afin de préserver la biologie de l'os
L'âge est en général de 16 à 18 ans chez les filles et plutôt au delà de 18 ans chez les garçons (on fait souvent une radio d'âge osseux pour confirmer la fin de la croissance)
L'Assurance maladie ne prend pas en charge la chirurgie des traitements implantaires sauf dans un de syndrome d'agénésie important dans le cadre de maladies rares (exceptionnel).



Question :

J'ai vu Monsieur X ce soir (bridge scellé sur implant 14-16-17) . Son bridge émet un petit bruit (un cliquetis) si on essaye de le mobiliser au doigt (en fait on ne le ressent, ni le voit pas bouger)

Je pense a un dévissage du faux moignon de la 14 (sur une rétro-alveolaire, il semble que cette vis soit moins "a fond " dans son logement que les autres)

Que faire ? J ai tenté de desceller le bridge à l'arrache couronne, il n est pas venu, je n'ai pas forcé Dois je faire un acces transcoronaire sur 14 pour acceder a la vis, ou y a t il une autre facon de faire sans percer le bridge ?

 

Réponse :

Cet incident est assez rare et en fait très ennuyeux ...

Le problème semble en effet être lié au dévissage léger d'une vis de l'un des faux-moignons (soit qu'elle n'aurait pas été serrée à 30 Newton/cm, soit qu'une interférence occlusale aurait provoqué une tension excessive sur la vis).

La supra-structure qui reste scellée est de ce fait très difficile à désinserrer de cette pièce sous-jacente du fait de sa mobilité qui empêche une action franche de décrochage de l'interface "armature-faux-moignon".

Si le décrochage ne peut se faire avec un arrache couronne manipulé avec détermination (!) deux options sont envisageables :

- Attendre que la vis continue son mouvement de dévissage jusqu'à une possible libération du faux-moignon et pouvoir alors décrocher le reste du bridge. Cette alternative est hélas assez rare car la vis vient en général bloquer en hauteur sur le plafond de l'armature. Si l'attente est trop longue, le risque de fracture de l'hexagone du faux-moignon est réel et finalement libérateur du problème : dans ce cas le bridge peut alors être descellé et envoyé au laboratoire qui pourra désemboiter les deux pièces et faire un petit miracle pour refabriquer "à l'identique" un nouveau faux-moignon.

- Percer la face occlusale de la couronne pour arriver à atteindre la vis et ainsi la dévisser pour desceller avec efficacité le reste du bridge, lequel sera soit réparé au laboratoire soit simplement réobturé au niveau de la fenêtre occlusale avec un composite bien exécuté.

 

La gestion de ce problème réside à mon avis dans la prévention :

- par un serrage efficace de la vis (30N/cm, voire plus en cas de bruxisme)

- par un ajustage occlusal minutieux au moment de la pose du bridge mais aussi dans le temps en cas de perte de dimension verticale des dents voisines




La question concerne les couronnes transvissées unitaires : Il m´est arrivé récemment et à plusieurs reprises que la couronne transvissée bouge, suite a un devissage. Pourtant le vissage est fait a 30 N/cm2 As tu des explications à cela, as tu deja eu ce genre de soucis de facon repétée ?

Il est possible que la couronne monobloc ne soit pas à fond du fait d'une difficulté d'insertion liée à un blocage sur la face proximale de la dent voisine

Dans ce cas la vis prend trop de contraintes et se dévisse après quelques temps sous les forces occlusales.

Une radio rétro-alvéolaire bien perpendiculaire à l'axe implantaire (visualisable grâce à un tournevis placé dans la vis) permet de vérifier si les deux hexagones sont bien emboités. Si ce n'est pas le cas, vérifier le point de contact qui ne doit pas être trop fort (avec un fil de soie) et le régler avec minutie jusqu'à parfaite coaptation des hexagones.

Voir plus de détails ds fiche pratique couronne monobloc




Peux-tu me redonner la référence de la vis de prolongation que l'on peut utiliser avec un porte implant vert mauve ou jaune ?

HLTE

à noter que cette vis peut s'utiliser sur un porte implant servant de transfert comme sur un transfert spécifique




Question :

Pour l'enregistrement de l'occlusion, suis-je obligé de prévoir une séance à part, une fois l'empreinte prise ?

Réponse :

En général il vaut mieux avoir 3 ou 4 piliers de cicatrisation en réserve que l'on va pouvoir placer sur les implants pour stabiliser une petite clef en silicone et donner le tout au laboratoire.

Les piliers de cicatrisation qu'il faut avoir dans son tiroir :

 2 THC5/4 et 2 THCW5/4 (il n'est pas nécessaire de mettre autant de pilier qu'il y a d'implants).

Q : Cependant je ne sais pas comment faire dans les cas où tu fais la provisoire directement le jour de la pose, avec réalisation d'un bridge provisoire sur faux moignons provisoires.

R: Même réponse que ci-dessus : met en place des coiffes de cicatrisation et réalise la clef en silicone.




Question :

Je dois extraire une 14 et mettre en place une prothèse provisoire immédiate : il y a-t-il des recommandations particulières ?

Réponse :

Il faudrait que ce soit avec une dent ajustée (sans fausse gencive, dans l'esprit d'un pontique de bridge) afin que la gencive puisse créer un contour anatomique idéal pour la future couronne implantaire




Question :

Quel délai pour la mise en charge d'un implant posé avec une technique de soulevé de sinus par voie crestale avec mélange auto et allogène ?

Réponse :

Cela dépend de la hauteur de l'os recréé et de la hauteur de l'os existant : en général entre 3 et 6 mois




Question :

Est-ce que l'on solidarise encore systématiquement les implants entre eux comme avant ? Plusieurs écoles s'affrontent en ce moment sur le sujet. Qu'en penses-tu ?

Réponse :

Systématiquement non, mais quand même bien souvent, surtout au maxillaire; tout dépend de l'ancrage implantaire et du contexte occlusal (éventuels porte à faux, bruxisme, nature des antagonistes etc ..)

Par ailleurs, le fait de solidariser des couronnes sur implants permet d'avoir une prise efficace pour le passage d'un fil d'arrache couronne et de pourvoir les déposer assez facilement.




Question :

Pourquoi l’utilisation de l’implant Advent ? il nous complique un peu la vie alors que nous étions habitués au Screw Vent

Réponse :

D'une façon générale l'implant AdVent me permet de traiter une crête osseuse dont l'épaisseur est limitée et qui ne permet de ce fait que la mise en place d'un implant dont le diamètre du corps ne correspond pas toujours au diamètre de la future couronne. C'est en particulier le cas d'un site édenté au niveau d'une molaire inférieure : souvent le diamètre maximum du corps de l'implant ne peut dépasser 4,5mm alors que le profil d'émergence de la couronne devrait idéalement commencer à 6mm.

Ce problème est résolu avec un advent de large diamètre (ref : AV6B) : le corps de 4,5mm de diamètre se prolonge en continu par un col de 6mm de diamètre : le profil d'émergence est idéal et la tête de l'implant est particulièrement robuste ce qui est essentiel dans ces zones de stress mécaniques importants.

Pour ma part, j'utilise deux types d’implant Advent : l’AVB et l’AV6B

L’AVB présente un plateau de 4,5 mm de diamètre pour un corps de 3,7 mm.

Le principe de connection interne demeure, comme pour le ScrewVent, mais avec une pièce prothétique spécifique : le porte-implant transfert spécifique est à utiliser pour l’empreinte. La référence de l’analogue est AVR.

L’AV6B présente un plateau de 6 mm de diamètre pour un corps de 4,7 mm.

Il faut savoir que pour l'empreinte sur cet implant Advent, le transfert porte implant spécifique à l'Advent peut être utilisé mais aussi plus simplement le transfert porte-implant jaune du Screw-Vent qui est alors équipé soit par un analogue classique -ref : IA5- soit par un analogue spécifique -ref : AV6R- qui a la particularité d'avoir un biseau sous jacent au plateau horizontal. Si ce biseau est visible en bouche, il peut être préférable pour des raisons esthétiques de le recouvrir par l'armature. Dans ce cas, il faut demander au prothésiste d'utiliser l'analogue spécifique AV6R.

En cas de doute ou de questions, contacter les Drs Metz




Question :

Je vais passer à la réalisation de la couronne sur l'implant 36. La 37 étant aussi à couronner, dois-je en profiter pour solidariser ces deux couronnes ?

Réponse :

La résilience d'une racine dentaire est de l'ordre de plusieurs centièmes de mm et celle d'un implant est pratiquement négligeable. La connexion d'une dent qui présente une certaine "souplesse" avec un implant qui est beaucoup plus rigide peut de ce fait entraîner un effet de bras de levier sur l'implant qui peut entraîner des complications mécaniques. On essaie donc en général de ne pas connecter une seule dent avec un implant unitaire. Il faut préciser que la situation devient différente quand on a plusieurs piliers dentaires ou implantaires et que dans ce cas on peut -selon les situations- les connecter.




Vous avez une question ?

Auteur :
Question :
For security purposes, please enter the text displayed in this image. This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)